Mettre en place le management visuel

Le management visuel est plus que d’actualité en industrie dans le cadre du Lean. Grâce au développement de l’informatique et des outils de diffusion (écran, tablette…), cet outil a considérablement évolué.

Mettre en place le management visuel

Management visuel pour quels objectifs ?

Le management visuel a de nombreuses applications. Dans l’industrie, il s’agit de mettre en place un environnement de travail ayant les qualités suivantes :

  • Être au plus près de l’opérateur.
  • Faciliter la réactivité et donc être une aide à la prise de décision.
  • Faciliter et simplifier la définition des objectifs.

Traditionnellement, un tableau d’affichage est mis en place, il contient des données numériques et graphiques (courbes) facilement compréhensibles. l’affichage dans atelier doit être accessible facilement par tous. Il est le support de communication pour tous (opérateurs, directions, visiteurs) et de dialogue pour les acteurs de la production.

Il permet de développer l’esprit d’équipe en affichant les objectifs au poste, à la journée et la contribution de chacun.

Du tableau FLASH au support numérique

Le traditionnel tableau FLASH reprend les informations les plus représentatives qui permettent de faire une synthèse rapide de la production. Chaque information doit être à sa place selon :

  • La périodicité de l’information (jour, semaine)
  • La machine ou la zone concernée

Ces informations sont souvent :

  • Un tableau de données journalières mais aussi poste par poste
  • 4 à 5 indicateurs de production (volume de production, TRS, quantité de rebut, temps d’arrêt) avec pour chacun, l’objectif et les résultats de production avec des codes couleurs
  • Une synthèse des résultats
  • Un lien de communication entre les différentes équipes
  • Un suivi de la productivité de la production
    • Visualisation graphique de l’objectif de production à l’équipe, à la journée
    • Suivi de la productivité par rapport à l’objectif :
      • En vert = ça va
      • En rouge = ça ne va pas
    • Corrélation avec les causes de variation de la production
  • Les actions de la semaine

Mais la mise à jour de ces données est fastidieuse, il faut collecter les données, s’assurer de leur véracité, les compiler, calculer les indicateurs, et reporter les résultats sur le tableau.

La technologie remplace peu à peu le tableau FLASH, que ce soit par des grands écrans, des tablettes. Elle permet une mise à jour et une diffusion temps réel de l’information.

La mise en place

Préparer son management visuel

Avant de commencer à diffuser de l’information, il est nécessaire de se poser les bonnes questions :

  • Quelles informations ?
  • Quels destinataires (opérateur, manager, dirigeant, …) ?
  • Quels périmètres ? (machine, atelier, ligne, site, …) ?
  • Où et comment ? Est-ce qu’il faut mettre un panneau dans les salles de réunions ? Un grand écran à l’entrée de la zone ?

La problématique principale est la donnée. Même si la plupart des informations utilisées sont centrées sur la performance, les tendances actuelles n’excluent pas les données opérationnelles.

  • Données opérationnelles : OFs, valeurs de consignes, quantité de matière première, …
  • Données de performance : TRS, cadence, taux qualité, nombre de pièces produites, …
  • Données énergétiques : consommations, Ipé, …

Le traitement des données

Il s’agit d’un préalable : collecter, centraliser et traiter l’information du terrain. Afin d’éviter la saisie et la ressaisie des données, le logiciel MES prend toute sa valeur. Il gère :

La collecte des données en automatique ou en manuel en provenance de sources multiples :

  • Acquisition directe sur le moyen de production (machine, ligne).
  • Saisies opérateurs.
  • Echanges avec l’ERP ou un autre système.

La centralisation des données pour un accès temps réel et garantissant la cohérence. Le traitement des données pour une agrégation de l’information (la donnée brute devient une donnée analysable).

La diffusion de l’information et affichage atelier dynamique

Après traitement et agrégation, ces données auront une vraie valeur ajoutée et pourront être diffusées dynamiquement sur des supports numériques (écrans, tablettes et smartphones). Ces supports remplacent le tableau FLASH ou le complètent.

Bien sûr, l’intérêt de l’utilisation du logiciel MES permet sans effort et sans délai de disposer en temps réel d’indicateurs numériques, graphiques ou visuels. Alors qu’en cas d’utilisation de supports traditionnels, la fréquence de mise à jour sera plutôt début ou fin de semaine ou début de journée (cas des tableaux et des courbes insérés dans des pochettes transparentes par exemple).

Exemple de Management visuel

Retrouvez sur le site internet d’Astrée Software, une étude de cas complète sur le management visuel. L’entreprise CGR Bedeville utilise cette méthode dans le cadre de sa démarche d’amélioration continue. Au niveau de la zone d’affichage de l’atelier, en plus des tableaux Flash traditionnels, un grand écran est présent pour un affichage dynamique des états de fonctionnement des presses. Cette solution a été mise en place pour visualiser immédiatement si une machine est à l’arrêt.

Plus d’info et reportage vidéo sur : www.astree-software.fr/sideo-bedeville/

 

Share Button